Catégories
Non classé

André Derain à Vers

La vallée de Vers. Photo Nelly Blaya.

          André Derain (1880-1954) est un peintre français renommé et fondateur, au début du XXe siècle, du Fauvisme. Il a vécu durant l’été 1912 dans la commune de Vers, à l’est de Cahors. Séduit par le calme des paysages, il séjourne à partir du mois de juin à la pension « La Truite Dorée », avant de louer un mois plus tard avec sa compagne le presbytère de Vers donnant vue sur l’église.

          Durant cette période, André Derain produit une grande série de peintures, dont L’église à Vers et La Vallée du Lot à Vers sont les plus connues. Cependant, cette dernière se démarque des autres. En effet, en 1906, il passe du Fauvisme au Cubisme, en raison d’une rencontre avec Pablo Picasso. Après ce bouleversement stylistique, il se consacre à mettre en scène le paysage d’une manière plus sombre, presque mélancolique et austère.

          Cette œuvre, qui est la plus grande mais aussi la dernière de sa série lotoise, se singularise par le choix des pigments utilisés (vert, blanc, bleu, ocre jaune et rouge), propres aux couleurs naturelles et terreuses qu’il est possible de retrouver dans le département. Aussi, la façon dont l’artiste traite les contours de ses formes accentue son originalité. Ici, les collines se dessinent dans le paysage en faisant apparaître des formes biomorphiques et apportent une atmosphère proche du symbolisme.

          À cette époque-là, André Derain est déjà reconnu comme un artiste incontournable. Il est possible ici de comprendre, à travers l’exemple d’une seule œuvre, l’importance que prend un lieu soigneusement choisi par l’artiste dans l’exécution d’une peinture. André Derain a fait de Vers, le temps d’un été, une représentation apaisée. Parallèlement, il en a brossé un portrait coloré et vivant, à la croisée du Fauvisme et du Cubisme.


Laissez un commentaire