Catégories
Non classé

Pierre Daura à Saint-Cirq-Lapopie

Pierre Daura, L’église de Saint-Cirq-Lapopie, huile sur toile, 79×63,5 cm, 1935, Figeac, Musée d’Histoire de Figeac.
© Musée d’Histoire de Figeac. Photo Nelly Blaya.

          C’est en 1914, lorsque son train vers Paris tombe en panne dans le Lot, que le peintre catalan Pierre Daura (1896-1976) découvre par hasard Saint-Cirq-Lapopie. À l’été 1930, il décide avec sa femme, l’américaine Louise Blair, de s’y installer en y achetant une des maisons les plus anciennes, située près de l’église.

          Le village marque véritablement un changement dans son style et dans sa façon de créer. Alors qu’il tendait de plus en plus vers l’abstraction, son arrivée dans le Lot et l’éloignement avec l’avant-garde parisienne le font revenir à la représentation figurative. En s’inspirant de son environnement, Saint-Cirq-Lapopie et ses alentours deviennent rapidement des thèmes récurrents dans sa production. En ce sens, un élément revient sans cesse dans ses travaux : l’église. Dans les années 1930, il s’attache à représenter ce monument en contre-plongée, dominant le reste des habitations.

          Au contact de ce village pittoresque, l’artiste trouve ainsi l’inspiration et renouvelle sa façon de penser et de peindre. De nos jours, Saint-Cirq-Lapopie est encore marquée par son passage puisque le peintre donne aujourd’hui son nom aux Maisons Daura, résidences d’artistes gérées par le Centre d’Art contemporain Maison des Arts Georges et Claude Pompidou.

Laissez un commentaire