Catégories
Non classé

Robert Doisneau : Souvenirs de vacances dans le Lot

Robert Doisneau, Le compas céleste, photographie noir et blanc, dimensions inconnues, 1957, localisation inconnue.
© Atelier Robert Doisneau.
Robert Doisneau, Rocamadour, photographie noir et blanc, dimensions inconnues, 1954, localisation inconnue. © Atelier Robert Doisneau.
Robert Doisneau, Saint-Cirq-Lapopie, photographie noir et blanc, dimensions inconnues, 1954, localisation inconnue. © Atelier Robert Doisneau.

          Grand photographe humaniste du XXe siècle, Robert Doisneau se laisse un jour porter par le courant du Lot et de la Dordogne qu’il découvre à bord d’un canoë, lors de ses tout premiers congés payés en 1937. Résistant, il décide de mettre à l’honneur par ses photographies dans le journal Le Point les imprimeurs français qui luttaient clandestinement contre l’ennemi. Avec ce travail, il rencontre un autre grand artiste lotois, Jean Lurçat, avec qui il se lie d’amitié. Ce dernier réside dans les Tours-Saint-Laurent, que Robert Doisneau immortalise sous un beau ciel étoilé.

          Comme l’eau qui ruisselle sur ces collines des paysages du Lot, Robert Doisneau parcourt le territoire et immortalise en 1954 de grands sites patrimoniaux tels que Rocamadour et son village médiéval, ou encore Saint-Cirq-Lapopie. Photographe humaniste, il met en lumière les guides-bateliers du Gouffre de Padirac qui chaque jour s’enfoncent dans les abîmes de la Terre.

Robert Doisneau, Les guides de Padirac, photographie noir et blanc, dimensions inconnues, 1954, localisation inconnue. © Atelier Robert Doisneau.

          Loin du pavé parisien, Robert Doisneau exerce un regard bienveillant sur cette France rurale qu’il cherche à mettre à l’honneur. Des paysages à la vie paysanne, il continue à capturer des scènes de vie ordinaire pour que demeure dans la mémoire et dans le temps la vie de ces Hommes des champs.

Laissez un commentaire